Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.

Le Mékong en croisière au Vietnam et Cambodge

Des hauteurs de l’Himalaya aux côtes de la Mer de Chine, le Mékong parcourt près de 4500 km. C’est toute l’Indochine que le Mékong irrigue et partout où le il coule, il fascine les hommes et façonne leur vie.


Nous vous proposons, de vous laisser glisser au fil de ce grand et généreux « serpent d’eau », en optant pour une croisière depuis Saïgon au Vietnam, ville encore fortement imprégnée de la présence française coloniale, jusqu’au Grand Lac Tonlé Sap au Cambodge et aux vestiges d’Angkor, en passant par la mythique Baie d’Halong


Cette croisière sur le Mékong, propice à la méditation, vous permettra de vivre au rythme du fleuve Mékong, à bord d’un bateau alliant histoire, charme et confort, tout en découvrant les richesses naturelles et culturelles du Vietnam et du Cambodge.


Les Croisières CroisiEurope vous permettent d’adapter votre voyage en fonction de vos envies, dont voici quelques exemples :



N’hésitez pas à consulter l’ensemble de nos offres de croisières sur le Mékong pour trouver le voyage correspondant à vos préférences.

Le Mékong, "le grand fleuve nourricier"


Le Mékong, fleuve asiatique mythique par excellence, se laisse découvrir depuis une dizaine d’années seulement, en croisière sur des eaux calmes et enchanteresses qui mènent du Cambodge au Vietnam. Mais ce long serpent sinueux de 4 900 km qui traverse six pays raconte une histoire bien plus longue et contrastée qu’un roman-photo pour amateurs de voyages lointains au charme exotique.


Remontons à sa source. À sa naissance, sur les hauteurs de l’Himalaya, il culmine à plus de 5 000 m. Il devient ensuite fleuve frontière entre le Laos et la Birmanie.


Puis il longe la Thaïlande et pénètre au Laos où il est surnommé "mère des eaux" car on lui sait gré de nourrir le territoire et de favoriser les échanges commerciaux et culturels internes.

Des temples d'Angkor au phénomène "Tonlé Sap"


Abondé par d’innombrables affluents tout au long de sa descente, le Mékong reflète en effet, sur la totalité de son parcours, le spectacle de la vie quotidienne de près de 70 millions d’habitants vivant directement dans son bassin-versant.

Il longe à nouveau la frontière lao-thaïlandaise puis il aborde le Cambodge où les autochtones, bouddhistes pour la grande majorité, le nomment "grand fleuve".


C’est au Cambodge également, où il alimente le plus grand lac d’Asie du sud-est appelé "Tonlé Sap", qu’il connaît un phénomène unique au monde : le "retournement des eaux". Le cours de la rivière Tonlé Sap, trait d’union entre le fleuve et le lac, inverse son cours aux changements de saisons et fait du lac une sorte de valve de sûreté contre les inondations lors des moussons. En période de hautes eaux, le lac peut atteindre jusqu’à 16 000 km2, soit six fois plus qu’en basses eaux. Cet écosystème dit de "forêt inondée" fait du Tonlé Sap une réserve de la biosphère reconnue par l’UNESCO. C’est une des zones de pêche les plus productives du monde.


C’est après le passage de la frontière vers le Vietnam que prennent naissance les premiers bras du delta du Mékong, l’un des plus grands du monde avec ses 40 000 km2. La géographie du fleuve finit, prospère, dans le sud du Vietnam, véritable "grenier à riz" du pays. Appelé ici "fleuve des neuf dragons" (autant que de bras) il occupe 15 millions de personnes qui y récoltent la nourriture essentielle des 92 millions d’habitants du pays.

Douceur de vivre au Cambodge, vie trépidante au Vietnam


Cambodge et Vietnam sont deux pays aux ambiances diamétralement opposées. Le Cambodge cultive la douceur de vivre et s’attarde, dans sa capitale Phnom Penh, dans la nostalgie de l’époque coloniale.


Le Vietnam montre plus ouvertement sa volonté de développement économique et grouille d’une vie trépidante notamment à Hô-Chi-Minh Ville, mégapole où les marchés traditionnels, bruyants et odorants, jouxtent les beaux quartiers avec leurs boutiques et hôtels de luxe.


À l’arrière-plan de ces impressions de voyage, l’histoire de ces deux pays s’inscrit, chaotique, voire douloureuse, dans les conflits de pouvoir. Le Cambodge n’a été libéré du joug des Khmers rouges qu’en 1994 après deux décennies de dictature communiste radicale. Ils avaient été chassés du pouvoir en 1979 par l’invasion vietnamienne au Cambodge, mais ils avaient mené ensuite une nouvelle guérilla jusqu’à la fin des années 1990.


On estime à deux millions le nombre de Cambodgiens qui ont perdu la vie sous ce régime qui s’est rendu coupable de crimes de masse. À Phnom Penh, le camp de la mort appelé S21, installé dans un ancien lycée de 1975 à 1979 sous le régime de Pol Pot, se laisse encore visiter et rappelle le calvaire de près de 15 000 prisonniers. Le Vietnam revient de loin, lui aussi, ruiné et dévasté après 30 ans de lutte pour l’indépendance.


Cambodge et Vietnam avaient connu un bel essor à l’époque de la colonisation française de l’Indochine. De nombreux monuments et édifices publics en témoignent, à Hô-Chi-Minh Ville tout particulièrement, construite par les Français en 1859, et qui n’était alors qu’un petit port de pêche.

Magie au fil de l'eau


Le développement du tourisme donne un nouveau souffle à ces deux pays. La magie opère tout en douceur sur les eaux du fleuve Mékong où se succèdent les découvertes les plus insolites : villages flottants, chars à bœufs qui vous emmènent vers des trésors cachés, marchés foisonnants…


Un itinéraire ponctué du sourire d’une population très accueillante.

CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".

PERSONNALISER